un

Sans un bruit 2

Film de John Krasinski (USA). Avec Emily Blunt, Cillian Murphy, Djimon Hounsou… Genre : Thriller, Fantastique – Durée : 1 h 38. Sortie salles : 18/03/20

Résumé : Après les événements mortels survenus dans sa maison, la famille Abbott doit faire face au danger du monde extérieur. Pour survivre, ils doivent se battre en silence. Forcés à s’aventurer en terrain inconnu, ils réalisent que les créatures qui attaquent au moindre son ne sont pas la seule menace qui se dresse sur leur chemin.

L’avis :

Non ce n’était pas un simple BRUIT de couloir, la suite du premier opus était bel et bien sur les rails. Preuve en est, elle arrive sur nos écrans, enfin, ajouterai-je même. 

Juin 2018, je me souviens, au fil de mes visionnages de BA pour ce cher Mag, avoir eu un coup de cœur pour cette famille en cavale qui devait la fermer pour ne pas se faire emporter par un “je ne savais pas trop quoi” à l’époque. Film à budget réduit, le réalisateur s’appuyait davantage sur le suspense que sur la grandiloquence des effets spéciaux. Qu’importe, je trouvais l’idée intéressante et me suis donc empressé d’en faire mon pari du mois. Evidemment, tenir en haleine les spectateurs durant 90 mn sans mot dire, sacrée gageure de la part du réalisateur (et des scénaristes) et des producteurs qui ont financé le projet. D’accord, je ne cache pas que la présence au casting d’Emily Blunt (Victoria, Petits Meurtres à l’anglaise, L’Agence, Des saumons dans le désert, Looper, Edge of Tomorrow, Sicario, La Fille du train, Le Chasseur et la Reine des glaces, Le Retour de Mary Poppins, Jungle Cruise) a quelque peu perverti mon objectivité mais l’ensemble me semblait cohérent, invraisemblable mais cohérent ! Donc… Et puis, il y a des choses qui ne s’expliquent pas, feeling, intuition, que sais-je et bingo gros carton mondial, 336 millions de $ de recettes pour un investissement de 17 millions. Et là, tapis rouge pour le réalisateur, l’actrice, etc. Et forcément une suite que j’ai hâte de découvrir. Les bégueules diront “encore une histoire de pognon, où est l’art (septième du nom), etc.” Mais, perso, je m’en tape, ce n’est que du cinoche après tout et si je passe un bon moment dans mon ciné préféré, c’est déjà ça de pris dans ce monde qui part en c… !

Alors que dire de cette suite ? Il est vrai que le premier film se suffisait à lui-même, mais comme dit précédemment, les impératifs économiques ont fait bouillonner l’esprit des scénaristes et… des producteurs ! Une bonne chose toutefois, Krasinski (Brief Interviews, The Hollars, Sans un bruit) est toujours aux manettes et je pense qu’il a eu le pouvoir de préserver son “bébé”. 

Au vu de la BA, à contrario du premier, un huis clos angoissant, ce deuxième volet élargit son horizon et met en scène de nouveaux personnages. Cillian Murphy (28 jours plus tard, Red Eye, Le vent se lève, Sunshine, Peaky Blinders) et Djimon Hounsou (Amistad, Blood Diamond, Forces spéciales, Serenity) complètent la distribution. Pas mal !

Le budget aidant, les créatures semblent être plus présentes et, il paraîtrait que leur origine serait dévoilée. Logique à mon sens puisque cela apporterait de la profondeur au propos et pourquoi pas annoncer une saga dans la lignée de celles “inépuisables !!!” des super héros ou autres dinosaures.

J’ai beaucoup aimé le n°1 parce que bien tourné, bien joué, suspense bien dosé, intrigue bien ficelée, ellipses bien pratiques (mais bon, nous savons bien que l’ellipse est la base même du cinéma !) alors pourquoi le n°2 me décevrait ? Même réalisateur, mêmes scénaristes, mêmes acteurs principaux, mêmes bébêtes à l’ouïe fine, “y a pas de raison !”. Et puis, feeling, intuition, à n’en pas douter sa sortie va faire du BRUIT !

Par Claude Bermejo