Parce que…

Parce que…

Désormais une nouvelle rubrique intitulée à juste titre « Parce que » voit le jour. Je vous présenterai, succinctement mais sûrement, quelques films qui titillent mon appétit cinéphage avec comme argument irréfutable « Parce que… ».

Quatre amis décident de mettre en pratique la théorie d’un psychologue norvégien selon laquelle l’homme aurait dès la naissance un déficit d’alcool dans le sang. Du coup ça picole grave en espérant que leur vie sera meilleure…

Parce que : Réalisé par Thomas Vinterberg. Réalisateur de “Festen“, un de mes films préférés qui m’a mis une claque monumentale. Depuis, je ne rate aucune de ses réalisations !


Un jeune flic trouillard et maladroit apprend à tort qu’il n’a plus que 30 jours à vivre.

Dernière chance pour lui de devenir un héros au sein de son commissariat, il va se transformer en tête brûlée…

Parce que : Réalisé et interprété par Tarek Boudali accompagné de ses potes Philippe Lacheau et Julien Arruti, la fine équipe de Babysitting. Une des meilleures comédies de ces dernières années. Avec en prime José Garcia en super méchant.


Quatre ans après Dernier train pour Busan, il ne reste que des zombies dans la péninsule. Un groupe de soldats forcés d’y retourner découvrent que des survivants non contaminés se sont regroupés dans une bande bien plus dangereuse que les zombies…

Parce que : Je n’ai pas vu “Dernier train pour Busan“, en revanche, j’ai lu un maximum de critiques dithyrambiques à son sujet et notamment sur la virtuosité du réalisateur (Sang-Ho Yeon). Je demande donc à voir. D’abord «…Busan » et sa suite dans la foulée. 


Tout sourit à Audrey et Jérôme. Ils ont trois merveilleux enfants et leurs métiers les passionnent. Le temps d’un week-end, ils partent chacun de leur côté… avec leurs amants respectifs. Sauf qu’ils ont la même idée : aller dans leur maison de campagne…

Parce que : A vrai dire, au feeling tout simplement. J’ai vu la BA, je l’ai trouvée plutôt cool et par les temps qui courent, un petit vaudeville sur l’adultère (presque un pléonasme !) ça ne peut pas faire de mal. Ah si, il y a Elsa Zylberstein, une de nos meilleures actrices, solaire, pétillante, charmante, etc. 

Par Claude Bermejo